Actualités

Lettre au Procureur

Mr Daniel CORBEAUX
5 allée du 16 juin 1929
40200 MIMIZAN
06.81.00.22.12
daniel.corbeaux@gmail.com
 

Mimizan, le 25 juin 2020

Objet: accusation mensongère, défaut de procédure, dénégation de l’action de justice.

PJ: Tract distribué ce Mercredi 24 juin 2020 par la liste « Gardons le cap » de Mr A. Bourdenx

  

Monsieur le Procureur de la République,

Je me permets de revenir vers vous suite à des accusations dont je fais l’objet de la part de Monsieur Arnaud Bourdenx, tête de liste en campagne électorale à Mimizan.

Comme vous pouvez le constater dans le tract en PJ, cette personne affirme que la justice s’est déplacée pour rien, sur une piste sans issue, alors que l’action de justice n’est pas terminée et que vous-même, Mr le Procureur, n’avez à aucun moment signifié officiellement que l’enquête était close. Mr Bourdenx, à la fin du paragraphe, dit que la Justice a donné raison à la Mairie…. serait-il procureur investi d’un pouvoir judiciaire à la place du procureur ?!

De plus, ce monsieur dévoile les noms des soi-disant dénonciateurs sans aucun respect du secret de l’instruction. Le Maire de Mimizan, et encore moins Mr Bourdenx, n’ont pas à révéler quoi que ce soit sur ce sujet sans, me semble-t-il, enfreindre la loi. Cette affirmation est de plus construite sur la volonté délibérée de mentir uniquement à des fins électorales, car il n’y a pas eu de dénonciateurs, mais uniquement un agent qui a fait ce qui lui semblait être son devoir, en usant de l’article 40 du code pénal qui dispose que tout agent (ou élu) doit, s’il est témoin d’une illégalité décisionnelle, en référer à la justice. Toutes les autres personnes n’ont pas signé de procès-verbal de dénonciation. Elles ont été convoquées par la gendarmerie pour être entendues et ont simplement signées leur déposition.

Enfin, et c’est là l’essentiel de ma démarche, Mr Bourdenx, par un tract distribué dans les boîtes aux lettres, me livre à la vindicte populaire en me désignant comme l’instigateur et le responsable de la venue de la brigade financière à Mimizan. Cela fait maintenant deux mois que je suis accusé publiquement par cette personne, premier adjoint du Maire.

Au nom du respect de chaque citoyen, Monsieur le Procureur de la République, je sollicite de votre autorité que soit mis un terme à ses accusations mensongères pour qu’enfin, la justice fasse son oeuvre à Mimizan.

Je vous remercie de l’intérêt que vous accorderez à cette correspondance et vous prie d’agréer, Monsieur le Procureur, l’assurance de mes sentiments les plus respectueux.

 Daniel Corbeaux